Portraits d'entrepreneurs

Parcours d’entrepreneurs : Aromwave

By: GENILEM | juin 10, 2020 | 3 min de lecture

Pendant trois ans, entrepreneur et coach forment une équipe à toute épreuve pour amener l’entreprise le plus loin et le plus vite possible.

Lionel Linder, fondateur de Aromwave, créateur d’expériences olfactives, revient sur son parcours et ses débuts en tant qu’entrepreneur.

Trois mots pour décrire votre parcours d’entrepreneur ces trois dernières années

Difficulté, progression, connaissance de soi.

Quel a été votre plus grand défi en tant qu’entrepreneur et comment l’avez-vous surpassé ?

Il était d’éduquer le marché à l’impact de l’olfactif dans la stratégie d’entreprise, tant dans la relation client que pour la santé et le confort des employés. J’étais un peu en avance sur mon temps, j’ai cherché et trouvé beaucoup de moyen pour le surpasser, mais finalement, c’est un sujet qui s’est imposé de lui-même et qui est maintenant dans l’actualité des préoccupations des entreprises, qui me sollicitent pour mon expertise dans ce domaine.

Quelles ont été les rencontres décisives ?

Techniquement, sans un mentor, il est très difficile d’entrer dans le domaine de la parfumerie. C’est un métier subtil, complexe et un milieu fermé. Je n’aurai jamais eu l’idée de m’y intéresser sans être accompagné par une personne d’expérience dans ce domaine. Commercialement, je dirai que ce sont les clients Harley Davidson et le Metropole à Lausanne qui m’ont le plus apporté en crédibilité et en bouche-à-oreille.

Quels sont les moments forts qui ont marqué l’histoire de votre entreprise ?

Ils sont nombreux : la rencontre avec mon aromathérapeute, qui a ouvert tout le marché des bureaux. La première facture à 4, puis à cinq chiffres. La première installation dans un mono-bloc de ventilation pour une diffusion dans un bâtiment entier. La première création de parfum. La reprise des locaux de l’imprimerie de mon père et de mon grand-père. Et récemment, la première commande sur mon e-shop !

Le marché a-t-il donné raison à votre idée ?

Clairement, depuis 2 ans l’intérêt pour l’olfactif dans la stratégie d’entreprise grandit très vite et tout me fait penser que cela va continuer.

Quelle a été la part innovante de votre projet ?

Tout… L’industrie de l’olfactif est totalement tournée vers le consommateur final, les études scientifiques et comportementales sur ce sens sont à leurs débuts et la technologie pour diffuser dans de grands espaces commencent à être fiable… Je sais déjà que dans quelques années, je commercialiserai des solutions auxquelles je n’ai même pas encore pensé aujourd’hui.

Quels sont vos prochains objectifs ?

Je souhaite créer un poste pour un technico-commercial qui s’occupe de la partie installation et maintenance des appareils, pour que je puisse consacrer mon temps à répondre aux demandes commerciales et ainsi croître plus rapidement.

Le Covid-19 a pas mal chamboulé mes plans. J’ai notamment lancé un e-shop pour ouvrir mes produits au marché privé, le temps que les entreprises redémarrent. Un des objectifs est donc de garder une seule ligne directrice et de faire en sorte que les clients privés touchés par l’e-shop amènent des clients institutionnels et vice-versa.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et que vous souhaitez transmettre ?

Je dirai qu’il faut commencer à vendre rapidement. Le terrain apporte une meilleure connaissance du marché que n’importe quelle étude. Et permet de faire entrer de la trésorerie, ce qui est la clé pour croître. Et les clients sont relativement bienveillants avec les erreurs de jeunesse, si on met de l’énergie à les corriger.

Et dernièrement, un conseil de mon ami Eric Bertin, coach en vente, m’a énormément facilité la vie et fait gagner en rapidité et en efficacité : ne jamais envoyer une offre par e-mail ! Suite à un premier rendez-vous avec le client pour découvrir ses besoins, il ne faut pas lui envoyer une offre, mais fixer un deuxième rendez-vous pour présenter l’offre. Essayez !

Qu’est-ce que votre coach GENILEM vous a apporté d’unique (et de précieux) ?

Le fait d’avoir une contre-partie à qui formuler ses problèmes à haute voix. Souvent, le simple fait d’exposer le problème qui nous tourne dans la tête permet d’y apporter une solution.

Et finalement, pourquoi a-t-il été primordial pour vous d’entreprendre ?

Sans jugement pour les choix de vie de chacun, j’ai l’intime conviction que l’entrepreneuriat, l’artisanat ou le commerce est la seule voie pour devenir un adulte et un citoyen robuste et responsable, pour se connaître soi-même et pour comprendre le fonctionnement de la société et des chaînes de valeur.


——

Si vous aussi vous souhaitez vous entourer d’un coaching personnalisé durant les premières années de développement de votre entreprise, contactez-nous pour un premier entretien !

Alumni